Le montage vidéo : les fichiers sources

Si vous souhaitez réaliser vous-même le montage des séquences contenues sur vos cassettes vidéo ou bobines de films argentiques, nous vous recommandons vivement de prendre comme base de travail les fichiers « sources » dont la qualité est nettement meilleure que celle des fichiers « VOB » que l’on trouve, dans le répertoire VIDEO_TS, d’un DVD Vidéo (appelé DVD dans la suite du texte).

Les sources : la définition

Commençons par définir ce que l’on entend par fichiers « sources ». Généralement, nous fournissons des fichiers au format « DV » ayant l’extension « AVI ». C’est d’ailleurs ce même format qui est employé dans les caméras numériques de type « MiniDV ». Ce format applique déjà une certaine compression aux données ce qui permet d’une part de stocker 60 à 90 minutes de film sur une petite cassette et d’autre part, de disposer de fichiers informatiques ‘acceptables’ sur des ordinateurs grand-public aussi bien en termes de capacité de stockage (taille du disque dur) qu’en termes de débit pour les lire correctement. Il faut compter 1 [GB] pour 5 minutes de film.

D’autres formats de fichiers sont disponibles en fonction en fonction de vos sources et de vos besoins.

Le DVD : pour l’archivage

Sachant qu’un DVD standard ne propose que 4.3 [GB] d’espace de stockage, il n’est alors pas possible d’y faire tenir des films de plus de 21 minutes en conservant ce genre de format. Ce qui aurait d’ailleurs été un inconvénient majeur lors de son introduction sur le marché en comparaison avec les cassettes VHS de 180 à 240 minutes !

Pour contourner cette limitation, il y a d’une part la possibilité d’ajouter au DVD une seconde couche mais surtout de réduire encore le flux des données en appliquant une compression de type « MPEG-2 ». Et cette étape va éliminer 70% (ou plus) de l’information ! A l’écran, cela se traduit par un manque de finesse notamment dans les arrières plan, les mouvements rapides ou les détails, comme les cheveux qui ressortent sous forme de petits blocs ou de zones floues.

Comparaison DV et MPEG

Comparaison entre fichiers DV (à gauche) et MPEG-2 (à droite). A relever notamment : le
manque de définition (précision) des arbustes et de l’herbe, perte des détails des cheveux, flou
de mouvement important sur la fille, contours et détails des pierres atténués, lissage de l’eau…
 

Cette étape est donc particulièrement critique au niveau de la qualité du résultat final, ce que vous voyez sur votre téléviseur. C’est pourquoi nous utilisons des programmes professionnels assurant le meilleur rendu possible, en procédant tout d’abord à une phase d’analyse complète du film puis, dans une second phase, à son encodage.

Note pratique : Les fichiers « VOB » des DVDs, contenant la vidéo au format « MPEG2 », sont limités à 1 [GB] soit environ un quart d’heure de vidéo. La liaison entre ces fichiers se fait d’une manière particulière qui n’est, dans la grande majorité des cas, pas prise en charge par les programmes de montage vidéo. Ce qui entraîne des coupures dans la séquence, coupures qui peuvent parfois être très dérangeantes.

Conclusion

Sur la base de ces informations, nous recommandons donc d’éviter le montage de films à partir de DVD. Sans oublier que lors de la création de votre propre DVD, vos séquences vidéo subiront une seconde compression « MPEG-2 » éliminant encore ainsi 70% de l’information, soit plus de 90% de perte de qualité en cumulant ces deux étapes de compression en comparaison aux fichiers sources !

15 octobre 2014

Contact

Version portable de la boutique

Envoi postal

Genevay Media Services
Case postale 10
1417 Essertines-sur-Yverdon
Suisse